Compte rendu de la première édition de l’Institut des humanités numériques d’Afrique francophone

Contexte et partenariats

La Professeure Félicité Ewane Essoh, pendant son allocution d’ouverture (Source : album photos Inhunumaf2022)

Le Professeur Alphonse Tonyè, pendant son allocution de bienvenue (Source : album photos Inhunumaf2022)

La première édition de l’Institut des Humanités numériques d’Afrique francophone (INHUNUMAF) s’est tenue à Yaoundé (Cameroun), du 21 au 26 mars 2022. L’Institut est logé au Département des Sciences du Langage (DSDL) de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences humaines (FALSH) de l’Université de Yaoundé 1. La cérémonie solennelle d’ouverture a été présidée par madame la Professeure Félicité Ewane Essoh Doyen de la FALSH représentant le recteur, le Professeur Maurice Aurélien Sosso. Le Professeur Alphonse Tonyè Chef du DSDL a assuré la supervision académique de cette importante rencontre scientifique.

Un moment de célébration entre les deux porteur.e.s du projet, la Professeure Elisabeth Burr (Université de Leipzig) et le Professeur Emmanuel Ngué Um (Université de Yaoundé 1) (Source : album photos de l’Inhunumaf2022)

Fruit d’un partenariat entre l’Université de Yaoundé 1 et l’Université de Leipzig (Allemagne), cette édition a bénéficié du généreux financement de la Fondation Volkswagen. En outre, l’Institut a bénéficié de l’accompagnement des organisations suivantes :

Format de l’évènement

Cette première édition de l’INHUNUMAF était structurée autour de quatre activités :

  • des modules de formation en Humanités numériques ;
  • des conférences ;
  • une table ronde ;
  • des activités de réseautage.

La formation

Au titre des activités de formation, les participant.e.s ont suivi quatre modules donc deux en tronc commun et deux autres en ateliers.

Les modules en tronc commun ont porté sur 1) Architecture et environnement physique de l’ordinateur ; 2) Bases de données sous Heurist.

Le premier module en tronc commun était animé en présentiel par le Docteur Francis Tyers Morton de l’Université d’Indiana (USA). Au cours de ce module qui avait une orientation pratique, les participant.e.s ont été initié.e.s à l’assemblage et à l’utilisation du Raspberry Pi 400, modèle d’ordinateur minimaliste, bon marché et écologique ayant des performances au moins égales (si non davantage) à celles d’un ordinateur “classique”. Tirant avantage de l’interface hybride du Raspberry Pi dont le fonctionnement est optimisé aussi bien pour une interaction en mode graphique qu’en ligne de commande, les participant.e.s ont appris à opérer une webradio ainsi qu’un système de reconnaissance vocal.

Il convient d’indiquer que le choix du modèle d’ordinateur Raspberry Pi par les organisat.rice.eur.s de l’Institut est inspiré du concept de Minimal Computing développé par le groupe de travail éponyme du GO::DH et mis en œuvre, entre autres, par le Dr Wout Dillen et le Dr Joshua Schäuble, dans le cadre des formations sur IIIF organisés par l’École d’Été sur les Humanités numériques à l’Université d’Anvers (Belgique). Les supports de cours élaborés par ces deux experts ont été gracieusement mis à la disposition de L’INHUNUMAF.

Le deuxième module en tronc commun s’est déroulé sous un format hybride. Le Docteur Ian Johnson et le Docteur Michael Falk de l’Université de Sydney (Australie) ont donné des exposés à distance concernant la philosophie, l’environnement et la configuration de la plateforme de bases de données Heurist. Le Professeur Emmanuel Ngué Um a animé en présentiel les sessions pratiques de création des bases de données. Cet atelier a permis à chaque participant.e de créer une base de données personnelle hébergée par l’instance Heurist de la TGIR Huma-Num.

Les sessions pratiques étaient basées sur le cours élaboré et mis à disposition gracieusement par Régis Witz, Ingénieur d’études à l’Université de Strasbourg (France).

Quant aux modules en ateliers, ils ont porté sur 1) Stylométrie avec R et 2) Encodage de texte et Traitement automatique du langage sous Python.

L’atelier sur Stylométrie était animé à distance par la Professeure Nanette Rissler Pipka de l’Université de Siegen (Allemagne). À l’issue des six sessions qui ont rythmé cet atelier, les participant.e.s ayant pris part à cet atelier sont désormais capables d’appliquer des techniques de lecture distante et de modélisation automatique de textes, dans une démarche comparée ou non, en vue de décrire les régularités, les différences, profiler le style d’un.e ou de plusieurs auteur.e.s, attribuer des auteur.e.s à textes anonymes, etc.

Enfin, l’atelier sur Encodage de texte et Traitement automatique du langage était animé par la Docteure Élodie Rippol et Ariadne Baresch toutes deux de l’Université de Trier (Allemagne). Les participant.e.s à cet atelier ont acquis des compétences dans : a) le balisage de textes à l’aide de la technologie XML/TEI ; b) l’élaboration des corpus textuels en Littérature, en Sciences humaines et sociales ; c) l’initiation à la programmation, l’exploration et la modélisation des corpus textuels sous Python.

La participation

Quarante-quatre participant.e.s ont pris part à cette première édition de l’INHUNUMAF dont quatorze femmes et trente hommes. Issu.e.s du Burkina Faso, du Cameroun, de la Centrafrique, du Congo, de la Côte d’Ivoire, de la France, de la République Démocratique du Congo et du Sénégal, les participant.e.s étaient des doctorant.e.s, des enseignant.e.s/chercheur.e.s en début de carrière (Assistant.e.s d’Université ou de Recherche), des enseignant.e.s/chercheurs expérimenté.e.s (Chargé.e.s de Cours/Recherche), ainsi que des enseignant.e.s/chercheur.e.s de rang magistral et professoral. Les profils académiques représentés étaient tout aussi diversifiés : communicat.eur.rice.s, géographes, historiens, juristes, linguistes, littéraires, pédagogues, politistes, sociologues, traducteur.rice.s.

Une vue de la représentation à l’INHUNUMAF 2022 (Source : album photos de l’Inhunumaf2022)
Une autre vue de la représentation à l’INHUNUMAF 2022 (Source : album photos de l’Inhunumaf 2022)

L’animation scientifique

Parallèlement aux sessions de formation, l’Institut a hébergé des conférences publiques portant sur des thématiques variées autour des Humanités numériques. Un accent particulier a été mis sur les recherches et les expériences africaines en particulier et du Grand Sud en général. Cinq conférences ont été données par des chercheur.e.s et des universitaires à la réputation internationale établie :

En outre, une table ronde réunissant cinq expert.e.s (Professeure Elisabeth Burr, Professeur Emmanuel Ngué Um, Docteur Vincent Hirribaren, Docteur Adeline Joffres, Docteure Arame Goudiabi) s’est tenue le 23 mars 2022 sur le thème “Formation dans les Humanités numériques

Une vue de la table ronde (Source : album photos Inhunumaf2022)

Bilan et Perspectives

Au terme des six jours de l’Institut, les participant.e.s ont reçu des attestations de fin de formation signées conjointement par la Professeure Elisabeth Burr pour le compte de l’Université de Leipzig, le Professeur Alphonse Tonyè pour le compte de l’Université de Yaoundé 1, et le Professeur Emmanuel Ngué Um en qualité de Directeur de l’Institut. Ces attestations sont équivalentes à deux crédits en Humanités numériques dans le système LMD de l’espace CEMAC (suivant la Directive N° 02/06-UEAC-019-CM-14 Portant Organisation de Etudes universitaires dans l’espace CEMAC dans le cadre du Système LMD).

Une attitude lors de la remise des attestations de participation (Source : album photos Inhunumaf2022)

Fait notable de cette rencontre, les particpant.e.s à la première édition de l’INHUNUMAF ont tenu, en marge des activités académiques et scientifiques, une assemblée générale constitutive de l’Association des Humanités numériques d’Afrique francophone. Un Comité restreint chargé de formuler des propositions en vue de la mise en œuvre effective de l’Association a été désigné comme suit :

  • Emmanuel Ngué Um (Coordonnateur, Cameroun)
  • Joseph Jeff Ntumba Tshimange (Modérateur, RDC)
  • Gashella Princia Wynith Mouanda Nkoussou (Gestionnaire de la Plateforme, Congo)
  • Arame Goudiabi (Trésorière, Sénégal)

La mission principale assignée à cette association naissante est d’encadrer et d’amplifier la dynamique africaine en faveur des Humanités numériques suscitée au cours de la première édition de l’INHUNUMAF. L’Association devra également travailler en vue de nouer des collaborations avec des organisations et des institutions universitaires et de recherche œuvrant dans le champ des Humanités numériques et autres domaines assimilables.

Photo de famille à l’issue de la cérémonie de clôture, le 26 mars 2022.

La prochaine édition de l’Institut des Humanités numériques d’Afrique francophone se tiendra en 2024. Un appel à candidatures en vue de l’organisation de cette deuxième édition sera ouvert à la fin de l’année 2022 en cours. Déjà, les participant.e.s venu.e.s de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal) ont manifesté un vif intérêt pour porter l’organisation de la prochaine édition.

Convivialité

La première édition de l’Institut des Humanités numériques d’Afrique francophone a été aussi un moment de partage, de découverte, d’interculturalité et de convivialité. Les relations se sont nouées, les amitiés sont nées, les projets se sont formés, sous fond d’une espérance printanière, après deux années de pandémie de Covid-19 qui ont mis à mal le tissu relationnel et le besoin vital de socialisation qui caractérise notre humanité.

Moment de convivialité et de socialisation au cours du dîner de la réception de clôture
Autre moment de convivialité et de socialisation au cours du dîner de la réception de clôture
Moment de détente après la réception de clôture
Réception de clôture
Autre moment de détente après la réception de clôture

Remerciements

L’organisation de cette première édition de l’Institut des Humanités numériques d’Afrique francophone et le succès qui l’a couronné sont tributaires, en premier lieu, du généreux financement accordé par la Fondation Volkswagen dans le cadre du programme “Knowledge for Tomorrow – Cooperative Research Projects in Sub-Saharan Africa“. Ce financement a permis la prise en charge : 1) des billets d’avion aller-retour des participant.e.s, des faciliat.eur.rice.s, des conférenci.er.ère.s et des organisatrices venu.e.s hors du Cameroun ; 2) des frais de transport interurbain des participant.e.s résidant au Cameroun mais hors de Yaoundé ; 3) des frais de transport interburbain en aller-retour des participant.e.s, des facilitat.eur.rice.s et des organisatrices venu.e.s de l’étranger et dont la résidence principale est située dans une autre localité que celle du port aérien d’embarquement et de débarquement ; 4) des frais d’hôtel jusqu’à huit nuitées, de l’ensemble des participant.e.s, des faciliat.eur.rice.s, des conférenci.er.ère.s et des organisatrices venu.e.s hors de Yaoundé (et hors du Cameroun) ; 5) de la totalité des repas du 21 au 26 mars 2022 pour tout.e.s les participant.e.s, les faciliat.eur.rice.s, les conférenci.er.ère.s (aussi bien celles/ceux résidant à Yaoundé que celles/ceux venu.e.s hors du Cameroun) et l’ensemble des membres du Comité d’organisation ; 6) de la location d’un espace (à un coût préférentiel) au Centre d’Etudes Nolanga de Yaoundé (Ngoa-Ekele) ; 7) l’acquisition des équipements pour les besoins de la formation ; 8) les coûts divers.

L’Association Humanistica a pris en charge les coûts d’une licence Zoom d’une durée de 12 mois au bénéfice de l’Institut, ainsi que les frais liés à la facilitation technique des ateliers en distantiel.

L’Institut français de Recherche en Afrique en particulier sa branche basée au Nigéria (IFRA-Nigéria) a soutenu l’évènement à travers la participation effective de son directeur (Dr Vincent Hirribaren) et de l’une de ses chercheures cadres (Dr Cyrielle Maingraud-Martinaud).

La TGIR Huma-Num a assuré l’hébergement du Blog de l’Institut via Hypothèses.

L’Université de Yaoundé 1 à travers son recteur le Professeur Maurice Aurélien Sosso, a apporté un soutien institutionnel, sans lequel certaines démarches administratives et policières auraient été vaines. En outre, le Département des Sciences du Langage de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences humaines assure l’animation académique et scientifique du projet et en garantit la soutenabilité.

À travers la personne de la Professeure Elisabeth Burr, L’Université de Leipzig a été le récipiendaire du financement accordé par la Fondation Volkswagen. Sans le leadership stratégique de cette institution, non seulement il n’aurait pas été possible d’accéder au financement accordé mais aussi, l’organisation de l’Institut n’aurait pas bénéficié de l’expertise indispensable assurée par la Professeure Burr et son assistante, Ulrieke Fussban, dans la gestion administrative du financement.

La sélection des candidatures s’est appuyée sur les évaluations qu’ont assurées bénévolement les expert.e.s indépendant.e.s suivant.e.s qui méritent une reconnaissance toute particulière :

  • Richard Ajah, Université d’Uyo (Nigéria)
  • Marie Annisius, Université de Leipzig (Allemagne)
  • Bertille Baron, Université de Geoergetown (USA)
  • Paul Roger Bassong, Université de Yaoundé (Cameroun)
  • Frédéric Clavert, Université du Luxembourg (Luxembourg)
  • Denis Elong, Université de Yaoundé 1 (Cameroun)
  • Vincent Hiribarren, IFRA-Nigéria (Nigéria)
  • Fatiha Idmhand, Université de Poitiers (France)
  • Frédérique Issekin Ongniof, Université catholique d’Afrique centrale (Cameroun)
  • Marie Lavorel, Center of Oral History and Digital Storytelling (Canada)
  • Emmanuel-Moselly Makasso, Centre National de l’Education – MINRESI (Cameroun)
  • Emmanuel Ngué Um, Université de Yaoundé 1 (Cameroun)
  • Ricardo M Pimenta, Laboratório em Rede de Humanidades Digitais (Brésil)
  • Marie Puren, EPITECH (France)
  • Romain Tiquet, DISTAM (France)
  • Giovanni Pietro Vitali, Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines (France)

La sélection des candidatures en vue du recrutement de trois assistants de projet a été assurée bénévolement par M. Zacharie Nyobè, expert en ressources humaines.

Sur le plan local, l’organisation a connu l’implication pertinente et efficace de trois assistant.e.s de projet :

  • Dr Denis Elong (Assistant d’Administration)
  • Dr Frédérique Issekin Ongniof (Assistante logistique et de relations publiques)
  • Brice Martial Atangana Eloundou (Assistant logistique et de relations publiques)
Le Comité d’organisation de l’INHUNUMAF 2022 (Source : album photos de l’Inhunumaf2022)

1 réponse

  1. Gratien G. Atindogbe dit :

    Good and great job!
    Rapport très professionnel, très très sérieux et témoignant vraiment des moments inoubliables que nous avons passés dans la fraternité et dans une ambiamce bon enfant à Yaoundé. Une fois de plus, merci au Professeur Emmanuel Ngue Um pour cette initiative inédite, et un plus grand merci au Professeure Elisabeth Burr de l’Université de Leipzig qui aidé Emmanuel à porter ce grand projet. Je n’oublie, bien evidemment, pas la grande équipe d’experts scientifiques qui nous a permi d’apprendre de nouvelles choses, qui en fait, nous a introduit dans le milieu des humanités numériques! Vive notre mouvement et à très bientot pour la nouvelle rencontre!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search